• A trois kilomètres heure ça défile moins vite

    Que la marche un peu rythme pour arriver à l'heure

     

    A trois kilomètres heure ça glisse le long de l'eau

    Le paysage tableau d'un maître des couleurs

     

    A l'écluse au montant c'est le bel ascenseur

    A l'écluse avalant comme l'eau vers la mer

     

    A trois kilomètres heure la pensée vagabonde

    Elle navigue sur l'onde d'un bateau toute vapeur

     

    A trois kilomètres heure le virage s'ensuit

    Par le geste précis d'un capitaine sans peur

     

    A l'écluse au montant c'est à la précision

    A l'écluse avalant c'est la libération

     

    A trois kilomètres heure voici déjà le soir

    A chercher le bollard pour poser quelques heures

     

    Les rêves et les espoirs des marins intérieurs

    Qui demain partent déjà à trois kilomètres heure


    votre commentaire
  • La chanson d'excellente

    Le texte en disait presque trop

    Vibrations des silences

    Disaient point trop n'en faut

     

    Chanson s'en est allé

    Voguer sur les rivières

    Le large lui faisait peur

    Chanson des profondeurs

     

    Elle voulait voguer

    Glisser  le grand canal

    Remonter une écluse

    En descendre une autre

    Passer

    Sans s'en apercevoir

     

    C'est comme les saumons

    La chanson vers la source

    Sur l'eau de la rivière

    La chanson d'éphémère

     

    C'est quoi de plus normal

    Au fil de l'eau elle rencontre

    Une oreille qui se ballade

    Ou deux d'ailleurs

    Allez savoir

     

    Et la chanson part vers la terre

    S'ensuit vers les sentiers

    Et comme la graine au vents dorés

    S'y plante pour passer l'hiver

     

    C'est au printemps suivant

    Drôle d'histoire

    Que s'écoule dans les vents

    Des histoires

     

    Parait-il que part ici

    Il est une lieu merci

    Qui déverse des chansons

    Dans le canal à la mousson

     

    Mais que faut-il donc faire?

    Est-ce bien raisonnable

    Ces chansons de travers

    A peine nées, quittent l'arbre

     

    Pour aller voir ailleurs

    Au fil de la rivière

    Et vers le grand large

    Ce qu'il y a de meilleur

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires