• Conte à rebours

    A la fin tout s'efface c'est quand tout recommence

    Juste avant laisse place aux anciennes romances

    Le souvenir n'est pas du quotidien semence

    Où s'espace le temps et les âmes en partance

     

    Cinq instants qui l'eut crût cinq brindilles d'été

    L'horizon qui s'est tu où les rêves envolés

    Le conte marche arrière et rappelle l'effet

    D'un matin vers la mer sans même y songer

     

    Quatre tempos dans le vent le printemps qui s'évente

    Quelques rires d'enfants et la maison s'invente

    Au détour des chemins c'est la surprise encore

    Le discours des corps et un signe de la main

     

    Trois silences plus tôt c'est le rire de l'hiver

    La chaleur de la terre le soleil bientôt

    La rencontre s'étire passe la matinée

    Si l'on se projetait là aussi tu m'attires

     

    Deux soupirs à demi à l'automne chataîgne

    Deux rires et l'envie d'écrire la semaine

    C'est l'amour qui dit que ça vaut bien la peine

    Le coeur étourdi et saoulé de toi même

     

    Un présent et l'envie tout de suite permi

    La question la réponse et le baiser aussi

    L'un et l'autre à demi l'audace minuscule

    Et la porte à minuit nous avale majuscule

     

    Zéro toi bien avant zéro qui prend son temps

    Zéro comme le levant en dehors des saisons

    Qui laisse loin devant les réponses les questions

    Les voyages au dedans et les rêves à millions

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :