• GAIA

    C'est le chant de la terre de celle qui nous porte

    Nous nourit l'abdomen et plus loin nous transporte

    Même pour ceux passés ainsi la gravité

    Nous ramène à la terre dans ce puit des années

     

    Faut-il s'échapper pour aller voir ailleurs

    Qu'y a-t-il donc ailleurs que vouloir oublier

    La loi d'la pesanteur qui dure d'aube au coucher

    Dans les rèves parfois elle se fait envolée

     

    Que volent les oiseaux et quel est donc le sens

    D'un envol si ce n'est l'illusion d'échapper

    Au puit gravitation c'est là que l'on habite

    Et même les oiseaux y reviennent de suite

     

    C'est le chant de la terre qui nous ramène à elle

    C'est la mère qu'on aime à vouloir s'en aller

    Qu'on aimera toujours si juste l'un s'échappe

    Il dira comme un rap qu'il y retournerait

     

    Quand le talon s'enfonce dans la danse à venir

    Quand il rebondit espérant l'avenir

    C'est la terre toujorus et si je respire

    C'est d'elle surement que me vient le soupir

     

    Oh Gaïa oh la terre perdue dans le grand tout

    Qui résonne tranquille à travers ses enfants

    Je ressends ta présence et tes rêves un peu fous

    Sache qu'en on absence il n'y a plus rien du tout

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :