• L'orchestre virtuel

    L'orchestre virtuel s'accordait dans ma tête

    Le premier violon s'était pas encore là

    Et la section de cuivre revenait de la fête

    J'entonne la partition à l'intérieur de moi

     

    C'est la flute qui commence un son grave moelleux

    Suivi délicatement par le quatuor

    Le hautbois qui reprend soutenu par les cors

    Et l'espace s'en allant laisse place au décors

     

    Les timables démarrent la marche inéluctable

    Les seconds violons viennent se mettre à table

    Et le vent qui se lève dans la musique même

    S'envole lentement au dessus du poème

     

    Le premier violon fait son apparition

    Dépose une mélodie sur l'onde de l'orchestre

    Qui la suit et entoure toute la vibration

    C'est une symphonie qui s'écrit dans le geste

     

    Alors au point final le silence revient

    Impose son solo et dessine la fin

    Où l'on sent s'en aller la musique au loin

    Tout ça à l'intérieur au café du matin

     

    Souvent toute la journée l'orchestre s'en rappelle

    Aux oreilles et au coeur tel un écho lointain

    La partition s'étire et s'estompe lentement

    La réverbération réinvente le présent

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :