• Les muses

    Le chaos des tiroirs rappelle qu'on s'amuse

    A caresser la muse juste après la mémoire

     

    Va dire à Mnémosyne que ses filles sont divines

    Je m'attache au grand mat je m'attelle à la tache

     

    C'est Clio la première qui paraît en entière

    Racontant les histoires pour occuper le soir

     

    Euterpe alors arrive la belle que l'on dit

    Habille en mélodie le silence et ses rives

     

    Terpsichore s'élance quand le corps s'envole

    C'est le cœur qui danse la chevelure folle

     

    Thalie se met à rire et l'espace alentour

    Rempli de son sourire résonne avec humour

     

    Erato tu me hantes de ces chants Érotiques

    C'est la vie que tu chantes anacréontique

     

    Melpomène plus sérieuse démarre un autre thème

    Sa beauté lumineuse éclaire ce poème

     

    Polymnie doucement ouvre la pantomime

    Qui déchire le temps nous envoie vers les cimes

     

    Calliope en profite à donner éloquente

    La poésie épique d'une belle voix lente

     

    Uranie pour finir enveloppe la nuit

    Du plus grand des soupirs sans lequel je m'ennuie

     

    Quand le matin renaît comment je choisirai

    L'une d'entre elles plutôt que les neufs rassemblées

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :