• Les rivages de l'ailleurs

    Les rivages de l'ailleurs sonnent à l'intérieur

    Quand la chance est donnée à l'immobile d'aller

    Voir c'est un peu plus loin voir c'est surement meilleur

    Où respirer la mer la montagne en entier

     

    Dur c'est au fond de lui c'est la piqure du froid

    Et de quelques insectes qui ont l'été bien court

    Cet été c'est la nuit qui s'efface tout court

    C'est le jour qui dure la lumière malgré soi

     

    Les rivages en entier titanesques tout au fond

    Sont restés comme ancrés de ces ancres marines

    Qui remontent du fond pour s'en laisser aller

    Un bateau bleu marine plus loin que les grands fonds

     

    C'est cascade de montagnes se jettant dans la mer

    C'est la goutte d'aqua qui raconte l'histoire

    C'est les fjords et le nord qui plus loin vers les glaces

    Se désespère un peu de ce monde qui s'efface

     

    Mais que diront-ils donc dans quelques mille ans

    A ne plus retrouver la banquise et sous elle

    Cette vie qui là-haut foisonnait avant celle

    De l'espèce qui l'aurait effacé

     

    Mais pour l'heure les rivages mer et roches enlacées

    Ont imprimé le coeur à coup du marteau de Thor

    Faut-il donc que là haut Odin mène son banquet

    Comme partout la nature nous rappelle son sort

     

    C'est la pluie celle là qui nous est bien ici

    Qui invite l'esprit à penser au grand Nord

    Où nature totale mène le court de la vie

    Où j'ai aimé aussi sans que ça fasse tort

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :